John Arcadius, odyssée béninoise

C’est un mélange singulier que proposent John Arcadius et ses musiciens sur scène. Un enchevêtrement de sonorités d’Afrique de l’Ouest, avec une voix forte et lumineuse sur un fond de blues : de l' »Afripop ». A écouter absolument.

S’il habite en Belgique depuis 1994, John Arcadius n’en oublie pas son pays, le Bénin. Comme un hommage, comme un voyage, il nous mène à la découverte de ses ancêtres de l’ouest de l’Afrique. Sur des cordes subtiles et une batterie entêtante, John Arcadius pose sa voix lancinante, pour raconter l’histoire de ses aïeux, il se fait porte-parole de cette petite fille qui cherche ses parents sur la « Côte aux esclaves » (« Slave Coast« ). La corne de l’Afrique, dont fait partie le Bénin était tristement nommée ainsi, car elle était la plus grande réserve en esclaves du XVIe au XIXe siècle.

John Arcadius 2

The Music Village – © TDR

C’est dans ce passé tourmenté que le blues de John Arcadius prend racine. L’apothéose de la prestation est sans doute la chanson Vodoun Mahi, évoquant le destin d’une vieille femme qui pratique le vaudou, la religion patrimoine, qui continue le périple sur la Côte Ouest africaine, sur les chemins de terre au son des serpents à sonnette et tam-tams fiévreux.

Flora Eveno

http://www.rtbf.be/culture/musique/detail_john-arcadius-odyssee-beninoise?id=9321204.