Art classique : une délégation béninoise prochainement en France pour négocier la restitution de son patrimoine

Le 26 août dernier, le gouvernement béninois a formulé une demande officielle de restitution des œuvres d’art nationales emportées et conservées par la France. Mais selon un document datant du 12 décembre dernier et rendu public mercredi 8 mars, le ministre des affaires étrangères français s’y est opposé. Le Bénin ne compte pas en rester là.

« Ce sera long et compliqué, mais on y croit ». Malgré le cours des événements, le ministre de la Culture béninois fait montre d’un optimisme sans faille.

Des statuettes béninoises exposées au Quai Branly, à Paris. © CC/Wikimedia Commons

Contacté par Jeune Afrique, Ange Nkoué évoque la lettre envoyée il y a quelques mois par le ministre des Affaires étrangères français à l’adresse de son homologue béninois, Aurélien Agbenonci. Une lettre en réponse à la demande faite à la France par les autorités béninoises de restituer les biens nationaux conservés pour certains depuis 1892, première année de la Seconde guerre du Dahomey.

Ange Nkoué fait le point sur les démarches en cours. « Nous en sommes encore à la phase de l’inventaire pour dégager un chiffre précis des biens qu’on espère récupérer. Mais notre requête concerne aussi bien les œuvres exposées dans les musées que celles qui font l’objet de collections privées », précise Ange Nkoué.

« Leur restitution n’est pas possible »

Mais le courrier du Quai d’Orsay est ferme : « Les biens que vous évoquez ont été intégrés de longue date, parfois depuis plus d’un siècle, au domaine public mobilier de l’État français. Conformément à la législation en vigueur, ils sont soumis aux principes d’inaliénabilité, d’imprescriptibilité, et insaisissabilité. En conséquence, leur restitution n’est pas possible », est-il écrit.

Loin d’être assommé par cette décision, Ange Nkoué confirme que le gouvernement entend bien obtenir gain de cause. « Une délégation se rendra très prochainement à Paris pour débloquer la situation. Une commission de coopération muséale prévue à cet effet a été mise en place et nous espérons être entendus. La France doit prendre exemple sur d’autres pays qui ont accepté une démarche similaire à la nôtre », plaide t-il aujourd’hui.
Par Simon Henry

http://www.jeuneafrique.com/410542/culture/art-classique-delegation-beninoise-prochainement-france-negocier-restitution-de-patrimoine/